« À Saint-Raphaël, un bien sans défaut majeur se vend en une semaine »

Blandine Rochelle 09 sep 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

À Saint-Raphaël, le stock de biens en vente s’épuise et les acquéreurs doivent consentir à des compromis quant à leurs critères de recherche afin de trouver un logement. Frédéric Maltese, responsable du service transaction chez Adam Artis, analyse ce marché frénétique.

Image
A Saint-Raphaël, les prix sont tellement élevés que les acquéreurs doivent revoir leurs critères à la baisse. © Olesya Kuznetsova - Shutterstock
A Saint-Raphaël, les prix sont tellement élevés que les acquéreurs doivent revoir leurs critères à la baisse. © Olesya Kuznetsova - Shutterstock

Comment se porte le marché immobilier de Saint-Raphaël ?

Il est très tendu car les acquéreurs sont toujours aussi nombreux, mais le nombre de biens en vente, lui, ne décolle pas. Les stocks de biens en vente s’épuisent et ce phénomène touche également la location car de plus en plus de vendeurs optent pour de la location temporaire, le temps de trouver un nouveau bien. Cette tendance épuise également les stocks de logements en location et bloque les personnes qui recherchent un logement pour le long terme.

4 837 €/m²

C’est le prix immobilier à Saint-Raphaël

Quels sont les critères de sélection des acquéreurs ?

Cela dépend des profils car nous travaillons avec des profils d’acquéreurs très différents. Nous vendons tous les types de biens, du studio à la maison individuelle mais une chose est sûre : ils sont de moins en moins exigeants. La pénurie de biens les amène à faire des concessions sur leurs critères initiaux.

Vendez-vous des résidences plutôt principales ou secondaires ?

Principalement des résidences principales, mais nous sommes confrontés à un phénomène nouveau : les achats de résidences secondaires qui sont mises en location en l’absence des propriétaires. Les acquéreurs souhaitent placer leur capital dans la pierre et réaliser un investissement mixte.

« L’agence Adam Artis est une agence à taille humaine qui existe depuis 1968 »

Frédéric Maltese, responsable du service transaction, chez Adam Artis.

Quels sont les secteurs plébiscités par les acquéreurs ?

Ils se tournent en priorité vers les quartiers proches du centre-ville, comme le bord de plage et le quartier Victor Hugo. Les quartiers des Plaines, Valescure et Santa Lucia sont également appréciés.

100 000 à 110 000 €

C’est le ticket d’entrée pour un studio en bon état à saint-Raphaël.

Quel avenir pour le marché immobilier raphaëlois ?

Il est probable qu’il se renforce dans les prochaines semaines et les prochains mois, en particulier si l’on ne relève pas davantage de biens à vendre. Sans compter que les crédits immobiliers peuvent devenir plus difficiles à obtenir à l’avenir. En effet, les taux d’usure ont augmenté et la tension, qui se renforce sur le marché immobilier, peut amener la Banque de France à les augmenter encore. Cela pourrait écarter des personnes actuellement solvables de l’accès au crédit immobilier.

Image
Frédéric Maltese
Frédéric Maltese
Responsable du service transaction
Adam Artis
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Arrière pays Marseille
Près de chez vous
La vie y était déjà douce, mais depuis que Plus belle la vie y a pris ses nouveaux quartiers, Allauch est devenue le théâtre du tournage de la série à succès. Aux portes de Marseille, le village...