« Dans le Val-de-Marne, les investisseurs privilégient l’immobilier ancien »

Vincent Cuzon 09 nov 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Malgré l’interdiction progressive de la mise en location des passoires énergétiques, les investisseurs du Val-de-Marne privilégient toujours l’immobilier ancien, comme le constate Hugo Vervisch, Directeur Général Associé d’Hyperion Capital.

Image
L'ancien a toujours la cote auprès des investisseurs. © Leonid Andronov – Adobe Stock
L'ancien a toujours la cote auprès des investisseurs. © Leonid Andronov – Adobe Stock

Sur quels secteurs du Val-de-Marne intervenez-vous ?

Nous intervenons principalement sur la commune de Bry-sur-Marne, ainsi qu’à Nogent-sur-Marne, au Perreux-sur-Marne et à Vincennes.

Comment évoluent les prix de vente ?

Cela dépend du type de produit. Il est actuellement plus facile de vendre des maisons, même sur des budgets élevés, que des appartements. Ces derniers connaissent donc une baisse de prix sensible.

6 326 €/m²

C'est le prix de vente moyen constaté au Perreux-sur-Marne. 

Les investisseurs sont-ils toujours présents sur votre secteur ?

Tout à fait mais ils font toutefois plus attention qu’avant à la performance énergétique des logements. De plus, ils ont tendance à vouloir pratiquer des loyers plus élevés qu’auparavant pour compenser la hausse des taux, laquelle impacte la rentabilité de leur opération.

Quels sont les quartiers à privilégier pour investir ?

Aucun quartier ne se démarque vraiment sur notre secteur du Val-de-Marne. En revanche, les investisseurs misent plutôt sur l’immobilier ancien, en particulier sur les résidences des années 2000, où ils peuvent trouver des biens notés C ou D au DPE, qu’ils pourront continuer à louer moyen ou long terme.

28 %

À Bry-sur-Marne, 3 habitants sur 10 sont locataires.

Quel conseil donneriez-vous aux investisseurs ?

Je leur conseillerais de ne pas regarder seulement la rentabilité potentielle du bien, mais également la qualité de la construction. Il faut à tout prix éviter les biens présentant des défauts majeurs qui pourraient difficilement retrouver preneur en cas de revente.

Image
Hugo Vervisch
Hugo Vervisch
Directeur Général Associé
Hyperion Capital
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !