« À La Gaude, les vendeurs sont dans l'attentisme et l'incertitude »

Sofia Ghili 03 mar 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Fabienne Fiorucci, co-gérante de l’agence des Baous, constate que le marché sur La Gaude et ses environs est atypique et proche de l’immobilisme. Les acquéreurs sont légion mais les vendeurs ont un comportement très attentiste, parfois inquiets et préoccupés par les conditions de leur relogement.

Image
maison-la-gaude-logicimmo
La Gaude, un petit village provençal résidentiel et paisible à proximité de Vence. © Ally Foster – Shutterstock

Quels sont les profils que vous êtes amenés à rencontrer dans votre secteur ?

La crise sanitaire a impacté le marché des clients étrangers qui n’ont pas totalement disparu mais se sont raréfiés. En revanche nous accompagnons dans leurs recherches beaucoup de futurs retraités attirés par la mer, la vigne et le soleil, signatures de notre merveilleux village et de ses environs. Ces acquéreurs recherchent une résidence secondaire qui deviendra leur lieu principal de villégiature quand ils auront atteint l’âge de la retraite. Nous constatons également que beaucoup d’actifs qui travaillent dans la région souhaitent s’éloigner de la bande côtière pour retrouver du calme et de la verdure. La demande est donc très forte.

4 314 €/m²

C’est le prix moyen de l’immobilier dans la ville de La Gaude.

Si nous avons bien compris, les vendeurs peuvent donc vendre plus rapidement ?

Effectivement, la rotation des biens est rapide dès lors qu’ils sont mis en vente au juste prix. La période est donc très propice pour vendre car le marché est tendu et cela avantage les vendeurs. Le seul problème est celui du réemploi, c’est là que le rôle du professionnel de l’immobilier est essentiel, notre expérience s’avère déterminante pour adapter le budget du réemploi à celui du montant de la vente. Nos vingt ans d’expérience sur le secteur nous permettent de continuer à réaliser des opérations et à être des acteurs majeurs de l’immobilier à La Gaude, saint-Jeannet et Vence notamment.

« Lorsque nous parvenons à rentrer un bien à la vente, il en ressort aussi vite »

La solution serait de vendre, puis de partir en location le temps de trouver un bien à l’achat, non ?

C’est une option possible, mais coûteuse, qui doit être envisagée avec la plus grande prudence. La bonne réponse c’est le travail en amont du professionnel pour prévoir l’avenir et assister son client.

87 %

C’est la proportion que représentent les résidences principales à La Gaude.

Pour clore cette interview, pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre agence ?

Notre agence subit comme toutes les autres les conséquences de la raréfaction des biens à la vente. Mais grâce à nos deux emplacements, à La Gaude et à Vence, grâce au maillage très fin du secteur que notre expérience nous procure, et grâce à notre expertise reconnue dans le domaine des estimations, nous sommes capables de faire face à la situation et de répondre aux attentes de la clientèle.

Image
Fabienne Fiorutti
Fabienne Fiorucci
Gérante
Agence des Baous
Ces articles peuvent vous intéresser
Image
Jolie propriété avec piscine
Près de chez vous
Jeanne-Chantal Brun-Signoret, gérante de l’agence Opio Rouret Immobilier membre du réseau L’Adresse, témoigne de l’attractivité du secteur du Rouret. Le village et ses alentours attirent bon nombre de ménages qui cherchent à louer avant de se fixer définitivement et de se porter acquéreurs.
Image
Les villas jumelée et individuelles sont très demandées à Saint-Laurent-du-Var. © Ophelie
Près de chez vous
Si le marché Immobilier de Saint-Laurent-du-Var profite d’une dynamique exceptionnelle, les biens en vente viennent à manquer, ce qui peut laisser craindre un ralentissement de cette activité. Valérie Castex, gérante des agences Portissim, fait le point sur la situation.
A la une !