Publi-communiqué

Tout savoir sur l’assurance habitation en colocation

Blandine Rochelle 18 jan 2024
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

La colocation a le vent en poupe et devient un mode d’habitation plébiscité par 58 % des étudiants. Comme toute location, il est nécessaire d’assurer la colocation, ce qui peut amener à s’interroger sur la meilleure option, l’intérêt ou non d’opter pour une protection individuelle ou une couverture commune, la procédure à suivre en cas de départ de l’un des colocataires, etc. En bref, comment bien assurer une colocation et gérer sereinement les changements fréquents de colocataires.

Image
Il faut systématiquement informer l'assureur d'un changement de situation au sein de la colocation pour que les informations du contrat soit à jour. © svetikd - Getty images
Il faut systématiquement informer l'assureur d'un changement de situation au sein de la colocation pour que les informations du contrat soit à jour. © svetikd - Getty images
Sommaire

Panorama des types de contrats de colocation

Lorsque l'on souhaite assurer une colocation, le choix de la couverture découle du type de bail de colocation conclu par les colocataires, car cela influence la responsabilité de chacun. Il est donc nécessaire de faire le point en premier lieu sur le type de contrat signé.

Le bail unique avec la clause de solidarité

Le bail unique de colocation, assorti d’une clause de solidarité, implique que tous les colocataires signent un seul et même contrat de colocation avec le propriétaire. Cela signifie que les colocataires sont collégialement responsables du paiement des loyers et des charges associées au logement, et qu’en cas de départ de l’un d’entre eux, l’ensemble des autres colocataires doit poursuivre le paiement du loyer du colocataire qui est parti durant les 6 mois suivants son départ tant qu’il n’a pas été remplacé.

La conclusion d’un contrat d’assurance habitation commun devient alors l’option la plus cohérente. Les colocataires seront ainsi couverts par un seul contrat d’assurance pour l’ensemble du groupe, ce qui facilite la gestion de l’assurance. En revanche, il est alors nécessaire de bien communiquer autour notamment de la répartition des coûts d’assurance, et chacun devra idéalement donner son accord pour souscrire le contrat collectif.

Les baux individuels pour les colocataires

Dans un autre cas de figure, les colocataires peuvent être signataires de leur propre contrat de colocation, ce qui entraîne la souscription d’un contrat d’assurance habitation individuel pour chacun d’entre eux. Ils ne sont alors pas solidaires entre eux et ne sont pas redevables du loyer d’un locataire sortant.

Cela signifie également que chaque colocataire bénéficie d’une plus grande flexibilité pour choisir sa propre assurance et son propre niveau de couverture. Il est cependant important dans ce cas de figure de se concerter pour s’assurer que toutes les parties du logement sont bien assurées, en particulier les parties communes. De plus, en cas de sinistre dans le logement, chaque contrat devra être activé et cette multiplicité des polices d’assurances peut rendre la gestion plus longue.

Quelles options d’assurance habitation pour les colocations ?

On relève deux options possibles en termes de souscription d’une assurance habitation pour des colocataires.

Choisir une assurance unique pour le logement

Si la colocation est assurée par un contrat unique, on choisit alors un colocataire en tant que signataire du contrat d’assurance habitation pour l’ensemble des colocataires. Il prend alors l’initiative de conclure le contrat et les autres colocataires contribuent au paiement de la prime d’assurance selon les modalités décidées collectivement. Il est en revanche nécessaire que tous les colocataires s’entendent au sujet des niveaux de couverture et de la répartition des coûts. Chacun des colocataires doit alors comprendre les termes du contrat, à savoir les niveaux de couvertures, les exclusions de garantie, les options souscrites, la procédure en cas de sinistre, etc. Cela implique également que les colocataires demeurent pleinement engagés et se fassent entièrement confiance, afin de communiquer au mieux et garantir une cohésion optimale en cas de sinistre.

Opter pour des assurances individuelles

L’autre option consiste à ce que chacun des colocataires signe individuellement son propre contrat d’assurance habitation. Celle-ci présente l’avantage de permettre à chacun de personnaliser son contrat, son niveau de garanties, ses options, bref à obtenir une couverture adaptée à ses besoins propres. Des complications peuvent en revanche survenir si un sinistre affecte les parties communes du logement, car il faudra alors déterminer la responsabilité de chacun, ce qui peut s’avérer compliqué. En cas de sinistre, il est alors nécessaire de mettre en place une stratégie permettant de le gérer au mieux lorsqu’il s’agit d’un espace partagé.

L’assurance habitation est obligatoire lorsqu’on est locataire, et cette règle s’applique également aux colocataires.

Quelles sont les responsabilités et les obligations des colocataires en matière d’assurance ?

Bien cerner les termes du contrat

Quelle que soit l’option choisie en termes d’assurance habitation, il est tout d’abord essentiel que les colocataires comprennent en détail les termes du contrat. Ils doivent notamment cerner les différentes garanties comprises dans leur contrat, le niveau de protection offert, les exclusions de garantie, la procédure à suivre en cas de sinistre, etc. Une bonne compréhension du contrat d’habitation est nécessaire pour maintenir une bonne cohésion et réagir le plus efficacement possible en cas de sinistre qui affecterait le logement commun.

Veiller à une couverture complète

Une autre façon de maintenir de bonnes relations entre les colocataires en cas de sinistre est de s’assurer que la couverture du logement est complète et qu’elle s’étend également aux parties communes. Car chaque colocataire va posséder ses propres affaires, ses propres équipements, et en cas de sinistre, le fait de pouvoir être correctement indemnisé(e) est une condition sine qua non pour maintenir des relations pérennes entre colocataires, quelles que soient les responsabilités établies.

Connaître sa responsabilité en cas de sinistre

Enfin, il est important que l’ensemble des colocataires soient conscients de leur responsabilité individuelle et collective en cas de sinistre. Pour bien s’entendre dans toutes circonstances, il est crucial de déterminer quelle est la part de responsabilité de chaque colocataire, comment les dommages sont évalués et indemnisés en cas de sinistre, etc. C’est également la raison pour laquelle il est idéal de tendre vers un niveau de couverture similaire entre chaque colocataire, car cela permettra une harmonisation des prises en charge en cas de problème.

Gestion des changements dans une colocation : comment faire ?

Dans une colocation, il n’est pas rare que des départs et des arrivées soient fréquents au sein du groupe. Mais il est nécessaire de bien savoir ce qu’implique un départ et une arrivée en ce qui concerne la gestion de l’assurance habitation.

Lors d’un départ ou d’une arrivée

Que la colocation soit confrontée à un départ ou une arrivée, il est systématiquement indispensable d’ajuster le contrat d’assurance habitation au gré des changements :

  • Dans le cas d’un départ, il est judicieux de contacter l’assureur pour avoir la garantie que la couverture demeure optimale pour les colocataires restants.
  • Dans le cas d’une arrivée, il faudra alors mettre à jour les informations du contrat ou augmenter la couverture en fonction des situations, s’il s’agit d’un contrat d’assurance unique pour tous les colocataires.

Mise à jour des contrats et communication avec l’assureur

Si un changement de situation a lieu au sein de la colocation, il est nécessaire de contacter l’assureur au plus vite afin de mettre les informations du contrat à jour. Il peut s’agir aussi bien du départ ou de l’arrivée d’un colocataire, mais également d’un éventuel ajustement du niveau de couverture. Cette étape est incontournable pour bénéficier en permanence d’une protection optimale en cas de sinistre et pour maintenir la cohésion au sein du groupe.

En cas de baux individuels pour chacun des colocataires, l’idéal est que les colocataires souscrivent chacun leur contrat chez le même assureur, cela simplifiera les démarches et limitera les litiges en cas de sinistre.

Quelles sont les couvertures et garanties d’assurance habitation spécifiques aux colocations

La colocation doit être assurée de façon singulière, car il est important de couvrir les risques locatifs d’une part, mais également de garantir les aspects liés à la vie en communauté d’autre part, et offrir une protection complète et adaptée aux colocataires.

Quelles sont les garanties obligatoires et supplémentaires ?

Certains risques locatifs doivent être couverts obligatoirement, car il s’agit des risques les plus courants dans le cadre d’une location, quelle que soit son format. Il s’agit de :

  • La garantie incendie.
  • La garantie explosion.
  • La garantie dégâts des eaux.

Mais dans le cadre d’une colocation, d’autres garanties sont fondamentales pour bénéficier d’une protection complète, à savoir la responsabilité civile en premier lieu, qui couvre les dommages que les colocataires pourraient causer à des tiers. De plus, il est recommandé d’opter pour une garantie couvrant les dommages affectant les biens personnels, afin de protéger les objets de valeur de chaque colocataire. Une protection contre le vol est également importante, en particulier dans les zones urbaines où les cambriolages peuvent être fréquents.

Quels cas spécifiques et scénarios envisager ?

On peut retenir l’exemple d’un dégât des eaux dans une chambre privée en colocation, où l’eau aurait endommagé non seulement la structure du bâtiment mais également les biens personnels du colocataire affecté par ce sinistre (un ordinateur, des livres, des vêtements). Une assurance habitation adaptée, comprenant notamment une garantie des biens personnels, est alors cruciale pour l’indemnisation des pertes du colocataires concerné. Cette situation qui peut se présenter à tout moment dans n’importe quel logement, illustre la nécessité d’opter pour une couverture complète qui tient compte non seulement des dommages affectant le bâti en lui-même, mais également des effets personnels des résidents assurés.

Autres considérations utiles

Enfin, il est nécessaire d’anticiper certaines situations spécifiques liées à la colocation, comme les dommages causés dans les espaces communs ou par les invités des colocataires. Par exemple, si un invité endommage accidentellement un bien commun, comme un téléviseur dans le salon, il faut s’interroger au sujet de la protection offerte par l’assurance. De plus, il est nécessaire que les colocataires aient connaissance des exclusions potentielles de leur police d’assurance afin d’envisager d’éventuelles garanties complémentaires pour les couvrir.

L'assurance habitation en colocation peut sembler complexe, mais une compréhension claire des options et des obligations de chacun garantira une cohabitation harmonieuse ! N'hésitez pas à consulter des experts en assurance pour des conseils personnalisés comme ceux de l’assurance habitation Eurofil.

Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
vue sur une rue pietonne entourée de bâtiments neufs
Louer
Les propriétaires de logements en location ou mis à disposition à titre gratuit doivent s’assurer que le nombre de personnes habitant dans leur propriété par rapport à la surface habitable ne...
Image
Un propriétaire dont le locataire ne paye plus son loyer
Louer
Hausse de l’inflation oblige, les budgets des ménages les plus modestes sont mis à mal et les impayés de loyers se multiplient. Et c’est alors un véritable drame pour les propriétaires qui, alors même...
Image
gestion locative louer tablette travail © djile
Louer
De nombreux propriétaires-bailleurs passent par des agences pour gérer la location de leur bien, mais cela représente un coût : entre 5 et 10 % des loyers annuels perçus ! Pour éviter de perdre cet...