Comment évaluer le coût de vos travaux de rénovation ?

Medhi Salah 21 aoû 2023
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

La rénovation d’un bien immobilier est souvent une étape nécessaire pour donner corps à votre espace de vie idéal. Avant de vous lancer dans un chantier complexe, il est bien sûr essentiel d’évaluer le coût total du projet et de planifier votre budget pour éviter les mauvaises surprises financières. Alors, comment chiffrer le coût total de vos travaux de rénovation ?

Image
Le coût de vos travaux peut varier sensiblement selon leur nature et la qualité des matériaux. © SDI Productions - Getty Images
Evaluez le coût de vos travaux !
Sommaire

Définissez les chantiers prioritaires

La première étape pour évaluer le coût de vos travaux de rénovation est de matérialiser clairement l’étendue du chantier à engager. Les travaux peuvent notamment inclure :

  • L’amélioration de l’isolation et de la performance énergétique du logis. 
  • Une modernisation des installations électriques ou de chauffage. 
  • Un nouveau système de ventilation. 
  • Une extension de la surface habitable du logement, par une augmentation de l’emprise au sol ou l’ajout d’un étage...

Avant de chiffrer le coût des travaux, il n’est donc pas inutile de passer en revue l’état actuel de votre propriété. Identifiez les anomalies, les éléments de construction à conserver et ceux, plus vétustes, nécessitant une réparation ou un remplacement. Vous pouvez vous faire accompagner par un professionnel du bâtiment pour cette inspection, ou encore bénéficier d’un audit énergétique dans le cadre du dispositif MaPrimeRénov’.

Quels sont les espaces que vous souhaitez rénover ? Quels sont les aspects spécifiques à améliorer en matière d’esthétique, fonctionnalité et performance thermique ? Les réponses à ces questions vous fourniront une bonne base pour définir les contours du projet.

Connaissez-vous le forfait rénovation globale de MaPrimeRénov’ ?

MaPrimeRénov’ est une aide financière incitant les Français à engager une amélioration de la performance énergétique de leur résidence principale sous tous ses aspects : isolation, chauffage, ventilation... Le forfait « Rénovation globale » apporte aux foyers à revenus intermédiaires ou supérieurs une subvention respective de 10 000 € et 5 000 € au maximum.

Contactez des artisans et établissez plusieurs devis estimatifs

L’évaluation plus précise du coût des travaux implique de solliciter plusieurs entrepreneurs et artisans qualifiés pour obtenir des devis détaillés. Vous devrez veiller bien sûr à comparer les coûts et les services inclus dans chaque proposition, et à poser des questions pour clarifier certains points si nécessaire.

Un cahier des charges détaillé sera utile pour obtenir des devis plus fiables de la part de ces professionnels. Cela évitera les malentendus et les variations de prix non justifiées. Décrivez minutieusement :

  • La nature des travaux à réaliser
  • Les matériaux souhaités
  • Les finitions à intégrer avant livraison
  • Toute autre information pertinente pour le projet

Concernant les travaux d’amélioration de la performance énergétique, il est recommandé de privilégier les artisans labellisés RGE (« reconnus garants de l’environnement »). Conçue en 2011, cette appellation distingue les professionnels réalisant leurs chantiers dans le respect des normes et des règles de l’art, en matière de :

  • Travaux de rénovation énergétique et d’isolation 
  • Installation d’équipements utilisant des sources d’énergie renouvelables (pompes à chaleur, panneaux solaires ou photovoltaïques…) 
  • Conception bioclimatique 
  • Diagnostic thermique et audit énergétique

Prévoyez une marge de sécurité

Les projets de rénovation peuvent parfois réserver des surprises, comme des problèmes structurels cachés ou des modifications imprévues. Pour gérer les dépassements de budget, prévoyez toujours une marge de sécurité d’environ 10 à 20 % du coût total des travaux.

Prenez aussi en compte les coûts indirects

Outre les coûts directs des matériaux et de la main-d’œuvre, n’oubliez pas de considérer les coûts indirects relatifs :

  • À la constitution du dossier de demande de permis de construire. 
  • Aux taxes éventuelles, avec par exemple une revalorisation possible de votre taxe foncière si vous rendez habitables vos combles ou votre abri de jardin. 
  • Aux frais d’architecte (le cas échéant). 
  • Aux frais d’hébergement temporaire si vous ne pouvez pas rester dans la propriété pendant les travaux.

Votre budget est limité ? Vous pouvez établir enfin un ordre de priorité pour les travaux à effectuer. Concentrez-vous sur les projets essentiels en premier, puis planifiez les autres rénovations ultérieurement lorsque vous aurez les fonds nécessaires.

Si un chantier global est préférable, il est également possible de solliciter un éco-prêt à taux zéro pour compléter votre effort de financement.

Les trois points clés à retenir :

  • Évaluer le coût de vos travaux de rénovation est une étape cruciale pour mener à bien votre projet immobilier.
  • Commencez par définir une liste des chantiers prioritaires, avant de multiplier les devis chez différents artisans.
  • Anticipez les dépassements de budget et les coûts indirects liés aux travaux.
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Les SCPI comportent différents types de frais qui permettent de faire fonctionner la société. © PUNTOSTUDIOFOTO Lda - Adobe Stock
Investir
Une SCPI implique le recours à une société de gestion afin d’acquérir un portefeuille de biens immobiliers et les mettre en location, avec toute ce qu’implique l’acquisition et la gestion locative de...
Image
Un immeuble neuf
Investir
Vous vous posez la question de savoir si le Pinel Plus dont on nous vante les mérites depuis des mois constitue vraiment la version premium du Pinel classique ou s’il ne s’agit que d’un énième...