« Quel que soit le type de bien à Bordeaux, un extérieur est toujours très recherché »

La rédaction 27 jan 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Le marché de l’immobilier à Bordeaux et dans sa proche périphérie a toujours été dynamique, même avant la crise sanitaire. Jean-François Hirigoyen, gérant de l’agence Hirigoyen Immobilier, partage avec nous sa vision du marché actuel et à venir.

Image
bordeaux-logicimmo
Bordeaux, une ville réputée pour son cadre de vie, son ensoleillement et son patrimoine culturel riche. © DEA / O. THOMAS/UIG – Photononstop

Dans quels secteurs intervenez-vous ?

Nous intervenons essentiellement dans le centre-ville de Bordeaux en ce qui concerne les transactions immobilières. Chaque commercial a son secteur de prédilection comme le centre historique, Saint-Genès, Nansouty ou encore Chartron. Pour les locations, nous couvrons un secteur plus large, s’étalant sur toute la Gironde.

Quel est le profil type de l’acquéreur dans ces secteurs ?

Il n’y a pas de profil type d’acquéreurs. Les investisseurs se tournent davantage vers le centre historique, tandis que les familles privilégient les quartiers périphériques comme Saint-Genès.

Et quels sont leurs critères ?

Que cela soit pour un appartement ou une maison, la présence d’un extérieur est devenue désormais, un critère primordial aux yeux des acquéreurs. Nous le ressentons d’ailleurs tous les jours dans leurs recherches.

« Acheteur ou investisseur, l’important est d’avoir son financement validé pour se positionner rapidement »

Jean-François Hirigoyen, gérant de l’agence Hirigoyen Immobilier

Pouvez-vous nous donner des prix de transactions récentes dans ces quartiers ?

Les prix dépendent de l’état et de la situation du bien. Pour vous donner un ordre d’idée, un studio se négocie aux alentours de 150 000 €. Les maisons avec jardin sont rarement inférieures à 500 000 €. Quant aux biens d’exception avec vue et prestations haut de gamme, ils peuvent aisément atteindre 1 million d’euros, voire plus.

4 992 €

C’est le prix moyen signé au mètre carré pour l’achat d’un bien immobilier sur Bordeaux.

Le marché de la location suit-il la même tendance ?

Ville étudiante par excellence, elle attire également pour ses biens en location. Ce marché est très dynamique. Un logement à louer au prix du marché trouve rapidement preneur.

Et quels sont les prix pratiqués pour de la location ?

Comptez en moyenne 500 € de loyer pour un T1, 700 € pour un T2 ou plus de 800 € pour un T3.

La crise sanitaire a-t-elle eu un impact sur votre activité ?

Elle a accéléré le dynamisme du marché immobilier dans la région. Pour permettre à notre clientèle de visiter des biens malgré tout, nous avons dû nous adapter. Nous avons digitalisé la plupart de nos processus avec des visites virtuelles et signatures dématérialisées. Malgré tout, la visite physique du bien est indispensable en cas d’achat.

4,3 %

C’est l’évolution moyenne du prix au mètre carré signé pour l’achat d’un bien immobilier à Bordeaux.

Quels conseils donneriez-vous à de futurs acquéreurs ou vendeurs ?

Avant toute chose, anticipez les moindres détails de votre budget et faites le valider avant même les premières visites. Si vous avez un coup de cœur, vous pourrez ainsi vous positionner plus rapidement. Les vendeurs doivent contacter un professionnel afin de mettre leur bien en vente au prix du marché et ainsi espérer une transaction rapide.

Pouvez-vous nous présenter votre agence ?

Hirigoyen Immobilier se divise en 3 pôles : les transactions, gérées par Sophie Gaillard, les locations, gérées par Alexandra Castaner et l’administration de biens, gérée par Léonie Peret. Bailleurs, acquéreurs, vendeurs et locataires bénéficient d’une écoute et d’un accompagnement dans toutes les étapes de leur projet.

Image
Jean-François Hirigoyen
Jean-François Hirigoyen
Gérant
Hirigoyen Immobilier
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
A la une !