« À Nyons, le marché immobilier se porte bien »

16 mar 2021
Modifié
14 mar 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Au nord de la Provence, parmi les collines et les oliviers, Nyons et les autres villes du secteur voient leur marché immobilier évoluer positivement. David Boschi, spécialiste du secteur et gérant des agences Boschi Immobilier, nous parle de son activité.

Image
nyons
Les paysages du Vaucluse ont le charme et la tranquillité de la Provence. ©Richard Semik-Shutterstock

Pouvez-vous nous faire un état des lieux du marché immobilier de votre secteur ?

L’année 2020 a été marquée par les deux confinements et l’instauration du couvre-feu. Si l’activité a eu un temps d’arrêt lors du premier confinement, elle a eu un regain d’énergie juste après. La qualité de vie du secteur plaît énormément, et beaucoup souhaitent s’y installer durablement ou y acquérir une résidence secondaire. Les prix restent plutôt stables et nous recherchons de nouveaux biens à vendre pour répondre à la demande.

49 %

C’est le pourcentage de maisons à Nyons.

Y a-t-il des secteurs qui se démarquent en particulier dans votre région ?

Toutes les villes de taille moyenne au nord de la Provence attirent beaucoup de monde. L’Isle-sur-la-Sorgue et Pernes-les-Fontaines allient activité économique et qualité de vie dans un décor très provençal. Vaison-la-Romaine offre un très bel environnement et une vie culturelle de qualité, tandis que les alentours du mont Ventoux séduisent les personnes en quête de tranquillité et de beaux paysages.

« La qualité de vie du secteur plaît beaucoup »

David Boschi, gérant des agences Boschi Immobilier.

Quels sont les délais moyens de transaction ?

Il faut compter entre trois et six mois pour vendre un bien dans notre secteur. Cependant, si le bien immobilier en vente est un bien de caractère, comme une maison en pierres avec beaucoup de charme, ou bien une villa moderne offrant de belles prestations, la vente peut se faire en moins de deux mois.

2 264 €/m²

C’est le prix moyen de l’immobilier à Nyons.

La crise sanitaire a-t-elle des conséquences sur le marché immobilier de votre secteur ?

On observe surtout un problème concernant la logistique, avec l’instauration du couvre-feu. Certains de nos clients viennent parfois de loin, et les contraintes horaires les empêchent de venir visiter des maisons. De plus, certains vendeurs retardent la mise en vente de leur bien, occasionnant ainsi un déficit d’offre. On assiste donc à un attentisme du côté de certains vendeurs et de certains acquéreurs.

Image
david boschi
David Boschi
Gérant
agences Boschi Immobilier
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
French

A la une !