« Sur Sainte-Maxime, les biens à vendre ne suffisent pas à répondre à la demande »

05 avr 2022
Modifié
05 avr 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Au cœur du golfe de Saint-Tropez, Sainte-Maxime est une ville très appréciée des acquéreurs. Brigitte Vreede Biset, directrice de Brigitte Biset Immo-Estate, agence franco-néerlandaise présente depuis 30 ans sur le secteur, nous éclaire sur ce marché prisé.

Image
sainte-maxime-logicimmo
Face à Saint-Tropez, Sainte-Maxime offre une excellente qualité de vie toute l’année © Pack-Shot – Shutterstock

Comment se porte le marché immobilier maximois ?

C’est un marché qui fait preuve d’un fort dynamisme. En 2021, nous avons réalisé de très nombreuses transactions en triplant notre chiffre d’affaires. Beaucoup de biens que nous avions en portefeuille se sont vendus, même ceux comportant des défauts. La tendance reste bonne en ce début d’année. Seul petit bémol, nous n’avons pas assez de biens pour répondre à la forte demande.  

Les prix ont-ils évolué ces dernières années sur Sainte-Maxime ?

Face à la forte tension qui règne sur le marché, les prix de l’immobilier maximois ont effectivement augmenté. Les logements se vendent, souvent, au prix de vente demandé, sans aucune négociation de prix.

5 859 €/m²

C’est le prix moyen de l’immobilier à Sainte-Maxime.

Quel est le profil de votre clientèle ?

Nous avons affaire à une grande variété d’acquéreurs, car nous proposons une large offre de biens de 150 000 à 6 M€. Nous recevons en agence de nombreux clients étrangers, notamment des Néerlandais, des Belges, des Allemands, des Scandinaves, des Anglais et des Suisses. Mon fils, Isabelle notre négociatrice, et moi sommes quadrilingues, ce qui facilite la communication avec cette clientèle.

« Les villas récentes avec vue mer face à Saint-Tropez sont très recherchées »

Quels sont les secteurs de prédilection des acheteurs dans la ville et ses environs ?

Tout dépend de la recherche de chaque acquéreur, mais, de manière générale, les quartiers les plus recherchés sont celui du Sémaphore, de la Vierge Noire, de La Croisette et de la Nartelle. Certains clients concentrent leur recherche dans les villes avoisinantes de Beauvallon et de Grimaud. Enfin, le secteur Les Issambres est également très prisé pour son calme et ses prix plus abordables.

61 %

C’est la part des appartements dans le parc immobilier à Sainte-Maxime.

Quels sont les biens les plus demandés ?

La demande est importante sur les villas récentes disposant d’une belle vue mer face à Saint-Tropez. Les petits biens adaptés à l’investissement locatif ou qu’il est possible de rénover avant revente ont également la cote.

Êtes-vous optimistes pour l’avenir du marché immobilier maximois ?

Il y a tout lieu de l’être, car la tendance est excellente. Nous espérons toutefois avoir davantage de biens à vendre et que les vendeurs ne soient pas trop gourmands en termes de prix.

Image
Brigitte Vreede Biset
Brigitte Vreede Biset
Directrice
Brigitte Biset Immo-Estate
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
French

A la une !